Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tout de suite servi. Marine-Terrace fait mille tendresses à l’avenue Frochot. À quand le Roi nocturne ?[1] Ceci est comme une prophétie. Tous les rois seront bientôt nocturnes.

Tuus.
V.[2]


À Paul Meurice[3].


Dimanche 22 janvier [1854].

Nos deux dernières lettres se sont croisées, cher doux poëte, il serait possible que vous reçussiez ces jours-ci un bon de cent francs à payer pour M. Luthereau. Je vous serai obligé d’y faire honneur. Puisque vous n’y voyez pas d’inconvénient, vous recevrez chez vous un de ces matins les Œuvres oratoires. Vous m’avez écrit sur le livre une bien charmante et bien bonne page. Je sais, du reste, qu’il filtre, et je reçois de toutes parts d’excellentes nouvelles. En attendant, je me suis mis en tête de gouverner ici, moi proscrit, par l’idée de progrès ; on veut pendre un homme à Guernesey. Je m’y oppose. Qu’en dites-vous ? et si je réussissais, est-ce que ce ne serait pas un grand pas fait à tous les points de vue. Or, cher ami, j’espère réussir. L’île s’est émue, une pétition a été signée, et à cette heure, un sursis est accordé. C’est un grand pas. J’envoie toutes les pièces à Girardin. Si vous avez occasion de le voir, engagez-le à les publier. Nul péril. Ce n’est pas politique. Les journaux anglais nous aident. Un peu d’aide des journaux français (Presse et Siècle) nous ferait grand bien. Si vous voyez Jourdan[4], parlez-lui en. Le packet va partir. Je n’ai plus que le temps de vous dire que nous vous aimons tous, ce que vous savez bien, mais c’est égal[5].


À Charras[6].


Marine-Terrace, 24 janvier [1854].

Vous vous connaissez en bataille, mon intrépide et cher ami. Aussi rien ne m’est plus doux que d’entendre votre voix mâle et forte qui me crie —

  1. Titre définitif : Le Roi de Bohême et ses sept châteaux.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.
  4. Louis Jourdan, journaliste, fonda à Toulon Le Peuple électeur, devint rédacteur au Siècle et fonda en 1859 Le Causeur. Il publia plusieurs ouvrages de mœurs et de philosophie.
  5. Bibliothèque Nationale.
  6. Inédite.