Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Paul Meurice[1].


Dimanche 20 avril [1856].

Cher alter ego, est-il temps encore ? Je ne sais. Sur la nouvelle couverture et sur le nouveau titre que je reçois, il y a une faute assez grave. Je vous avais envoyé ainsi le titre spécial du tome II.

Tome II
AUJOURD’HUI
1843-1856.

L’imprimeur au lieu de 1856 a mis 1855. C’est inexact, car 1855 n’est plus aujourd’hui, c’est à côté, puisqu’il y a dans le sixième livre des pièces datées 1856 ; enfin cela vieillit l’ouvrage, le jour même de sa publication. À tous les points de vue, il faudrait corriger la faute, faire des cartons au titre, réimprimer les couvertures. Mais le livre ne sera-t-il pas déjà en vente quand vous recevrez ce mot ? Vous comprenez l’importance de ce détail. Parlez-en à M. Claye, s’il est temps encore, il faut absolument corriger cette faute si grave sur un titre. Je confie la chose à votre admirable sollicitude.

Un exemplaire au Dr Cabarrus. Serez-vous assez bon pour le faire porter chez Mme d’Aunet avec le sien ; elle voudra bien, je pense, se charger de le transmettre. Dites, je vous prie, à Mme d’Aunet qu’il a dû arriver rue St Fiacre une lettre en contenant une pour Mme M. en date du 8, plus une pour Mme d’A., plus une pour vous (à propos de Villemain). Cette lettre a-t-elle été reçue ? Ayant été mise à la poste à Bruxelles, elle n’était pas affranchie. La lettre A n’avait pas été mise sur la suscription de peur de faire travailler l’imagination de la poste et d’éveiller sa curiosité. Il y avait dedans une première page pour Mme d’A. — Je la lui renvoie en duplicata. Serez-vous assez bon pour lui envoyer le pli ci-joint.

Dites à Mme Meurice qui s’est si gracieusement donné tant de peine qu’une des grosses caisses est arrivée à bon port.

Prenez l’exemplaire de M. Cabarrus sur les miens. Ne m’en envoyez ici que sept. Vous avez du reste parfaitement raison quant aux journaux. Il faut

  1. Inédite.