Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


constituera une dette vis-à-vis de lui. Mais il se remboursera sur les rentrées de l’Institut, puisque je suis encore de l’Institut, à ce qu’il paraît. Chère amie, je suis heureux de penser que vous aurez passé là-bas deux bons mois de distraction et de plaisir. Pendant ce temps-là, nous avons tous travaillé ici, même les ouvriers, et mes petites Épopées et la grande Épopée de Mauger ont fait quelques pas. À ton retour, tu trouveras deux ou trois changements à peu près consommés. Je fais achever en ce moment la nouvelle cuisine qui sera magnifique. Il y faudrait une nouvelle cuisinière. Je vais m’occuper de chercher cela, et la femme de chambre aussi. J’ai grand soin de Chougna et de Mouche[1]. Dis-le à Auguste en lui transmettant mon serrement de main. Miss Adèle est donc bien heureuse qu’elle n’écrit à personne ! cela ne m’empêche pas de l’embrasser sur les deux joues, et toi aussi, bien tendrement. Ce sera une grande joie pour les trois solitaires de vous revoir.

V.

Mes plus tendres amitiés là-bas à tous mes amis. Dis spécialement de ma part les choses les plus venues du cœur à Mad. Bouclier ; je serais triste qu’elle me crût la moindre froideur. Loin de là.

Prie Auguste de mettre mes respects aux pieds de mesdames Vacquerie et Lefèvre[2].


À Paul de Saint-Victor.


Hauteville-House. — 18 avril 1858.

Monsieur, trouvez bon que je vous dise à quel point je prends part à votre douleur[3]. J’en ai presque le droit, et il me semble que j’en ai le devoir. Dans ma première jeunesse, j’avais eu l’honneur de connaître M. de Saint-Victor ; j’appréciais vivement cet esprit élevé et délicat ; il avait sans doute gardé peu de souvenir d’un adolescent, mais moi j’avais placé dans le meilleur de ma mémoire et de mon cœur son nom que depuis vous avez rappelé et remis en gloire avec tant de puissance et d’éclat.

Croyez, monsieur, à ma sympathie bien cordiale et bien profonde.

Victor Hugo[4]..
  1. Chougna était la chienne de François-Victor et Mouche la chatte de Vacquerie.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Paul de Saint-Victor venait de perdre son père.
  4. Collection Paul de Saint-Victor.