Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


1837
À Monsieur A. Vacquerie[1].
Institution Favart. Rue Saint-Antoine.


9 janvier.

Mille pardons, monsieur, de vous avoir tant fait attendre. Je vous obéis en tout afin que vous m’excusiez. Voici la lettre pour l’éditeur Spacham. Envoyez-moi l’Album, ou apportez-le moi, ce qui me procurera le plaisir de vous serrer la main.

Victor H.


À Monsieur Casimir Delavigne[2].


29 janvier 1837.
Monsieur,

Hier 28 je me suis présenté chez vous pour vous remettre un exemplaire de mon nouvel ouvrage[3] dont j’espère que vous me permettrez de vous faire l’hommage.

J’ai l’honneur de vous l’envoyer aujourd’hui avec instante prière de l’agréer.

Veuillez, s’il vous plaît, agréer, Monsieur, l’assurance de mon amitié aussi sincère que mon admiration pour votre talent.

Votre dévoué serviteur.

Victor Hugo[4].


À Auguste Vacquerie[5].


24 février.

Vous avez pris, monsieur, une noble habitude, celle de faire souvent de beaux vers, et vous m’en avez fait prendre une très douce, celle de les lire.

  1. Inédite.
  2. Inédite.
  3. Les Voix intérieures.
  4. Bibliothèque de Besançon.
  5. Inédite.