Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le 31 janvier en échange de laquelle il vous remettra la quittance que vous pourrez me faire parvenir par la poste, ou réserver pour me la remettre quand vous nous ferez la joie de venir voir notre masure de Guernesey. — Notre pauvre Kesler vient d’être malade. Il est bien reconnaissant à M. Bochet dont l’excellent cœur me touche vivement dans cette occasion. À ce propos, vous a-t-il (Bochet) remis les 25 fr. du 15 Xbre ? Je dis 15 Xbre, vu que les 75 fr. déjà touchés par vous et transmis par moi à Kesler se rapportent aux dates que voici : 15 7bre 15 8bre, 15 9bre.

Vous allez avoir Auguste. Nous allons vous l’envier pendant un grand mois. Vous lui lirez ce que vous faites, et ce sera encore une jalousie que nous aurons. Heureusement l’été arrive, et vous amènera. Je continue de bâtir ma maison, et j’y demeure en attendant qu’elle soit bâtie. Mettez-moi aux pieds de votre gracieuse femme et laissez-moi vous embrasser.

V.[1]


À Auguste Vacquerie[2].


Dimanche [8 février 1857].

Votre lettre nous a fait tous les plaisirs possibles, elle nous a charmés, et rassurés, car nous étions inquiets. Tout est bien, cher ami, puisque vous voilà sain et sauf là-bas, tout sera mieux quand vous serez sain et sauf ici. — Je vous écris aujourd’hui quatre lignes seulement ; et puisque vous m’avez permis de vous donner des commissions, en voici :

1° Seriez-vous assez bon pour mettre ces deux lettres (trop petites) sous enveloppes en y répétant les adresses (sans vous tromper), et pour les jeter à la poste, affranchies (je vous envoie, pour vous dédommager de cette mise de fonds, trois stamps anglais que vous utiliserez plus tard).

2° Remercier Meurice de sa bonne lettre sur Cazaldo, vous informer et me dire où en est la chose. Voir notre excellent et cher Crémieux auquel je vais écrire, et en attendant le remercier en mon nom.

3° Voir chez Mme Charmond, héritière de la mère Gaucher[3] si elle a des tapisseries. Si vous en trouvez de très grandes, belles et bon marché, ou, n’importe comment, avantageuses, me les expédier dans la même caisse que le bénitier et le velours (ne pas oublier la mesure des monstres).

Vous saurez, si cela peut vous donner de l’enthousiasme pour mes commissions, que je viens de caresser Mouche et que je la console presque. Je dois vous avouer qu’elle m’adore. Elle a fort gémi pourtant.

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Marchande d’antiquités dans le quartier du Marais.