Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/247

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’avis de payer 7 fr. 50 et rien au delà que les droits locaux et insignifiants (quelques sous) d’entrée au port. Cet avis était appuyé du reçu de la maison Vaillant et Cie indiquant comme uniquement exigible le même chiffre 7 fr. 50. Or, ici, ces 7 fr. 50 sont devenus 7 schellings 7 pence (9 fr. 60) et avec l’ensemble, le chiffre a monté à 7 sch. 5 p. (11 fr. 30c). Il y a là une évidente exaction. Je réclame. Embarras visible de l’agent Barbet, qui finit par me livrer son bordereau du Havre, en me disant qu’il me demande même moins qu’il n’a payé, puisque sur le bordereau il y a 8 sch. 7 p. et qu’il ne m’a réclamé que 7 sch. 7 p. Tout cela devient de plus en plus bizarre. Je vous envoie les deux pièces. 1° bordereau du Havre. 2° bordereau de Guernesey. Faites bien attention que sur les deux pièces les chiffres signifient schellings et pence. — Voyez si cela vaut la peine de réclamer. Quelqu’un fraude évidemment, et depuis longtemps. Pour votre dernière caisse, celle d’hier, on m’a réclamé 14 sch. (17 fr. 80c) sur lesquels l’agent du Havre est censé avoir payé (remboursable par moi) à la compagnie du roulage 11 sch. 10 p. (14 fr. 20c). Étiez-vous convenu avec cette compagnie de ce prix, 14 fr. 20 ? Il serait bon peut-être de voir le fond de ce sac. — Serez-vous assez bon pour faire passer sûrement ce mot à Hetzel, et cet autre de Victor à Lucas. — À vous. Ex imo[1].


À Paul Meurice[2].


26 février.

Quand ce mot vous arrivera, Auguste vous aura quitté et vous voilà rentré sans partage dans l’ennui de nos affaires, de nos commissions, etc. J’ai besoin de croire au paradis, car, certes, je vous le fais mériter. Nous disons quelquefois, ma femme et moi : Paul Meurice, c’est l’ange. — Donc, voici un petit paquet de Toto pour vous, orné d’une note. Plus deux lettres que vous serez bien bon de jeter à la poste.


À Monsieur Pelvey[3].


Guernesey, 2 juin 1857.

Mon cher M. Pelvey, notre ami de Bruxelles me donne avis qu’il vous a prévenu de vouloir bien tenir à ma disposition les 1 800 fr. qui me sont

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Inédite.