Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la force, la philosophie, une folie pleine de sagesse, et ce vrai rire terrible et grand qui vient des profondeurs humaines. Je me suis joué la pièce admirablement ; tout le parterre que j’ai au dedans de moi a applaudi. Maintenant je vous rédige le feuilleton. Bravo et merci. Je suis heureux, je vous embrasse.

V.

Tirrier, à qui j’ai remis l’exemplaire destiné aux proscrits, m’a parlé de vous et de votre comédie avec un sentiment très intelligent et très pénétré.

Mes respects à mesdames Vacquerie et Lefèvre. Amitiés à tout ce qui se souvient un peu de moi là-bas. Votre lettre et tous les détails qu’elle contient m’ont fait bien plaisir[1].


À Madame Victor Hugo[2].


6 juillet.

Chère amie, le moment de votre retour approche, ce sera pour nous une grande joie de vous revoir toutes les deux. Comme il n’y a pas de packet le lundi, je pense que vous arriverez mardi prochain 12. Je fais arranger la maison le mieux que je peux pour qu’elle vous réjouisse à votre arrivée. Nous avons pensé qu’il n’y avait aucune urgence à terminer la photographie, qui sert de resserre en ce moment : en revanche je fais travailler à force dans la serre qui nous a paru d’une utilité plus immédiate. Le lit est fait dans la photographie, et la cuisinière pourra y coucher au besoin ; cependant n’oublie pas, je t’en ai dit les motifs, que ce ne doit point être une prise de possession. Il faut qu’on reste toujours maître de l’atelier photographique. Je n’ai pas fait mettre aux rideaux de la chambre d’Adèle la doublure rose neuve que tu désirais, par la raison que dans trois mois cette doublure rose serait une doublure jaune. Il était inutile de donner ces quelque trente francs à manger au soleil qui est fort gourmand de couleur rose. À cela près, chère amie, tu trouveras la maison comme tu la désires. Je la fais nettoyer de fond en comble en ce moment par une guernesiaise fort travailleuse en dépit du sang guernesiais, et qui s’appelle Ann Mourant. J’ai fait relever le parapet de briques de la terrasse ; il y a eu aussi dans les water-closet une révolution dans le sens du progrès. Je pense que, ma chère petite fille et toi, vous serez contentes de l’ensemble de nos travaux. Mauger est presque debout. Souriphage ayant fui, un Souriphage II lui a succédé. Tout est bien. Nous avons une impatience énorme de vous embrasser.

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.