Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Au même[1].


H.-H., 22 janvier. Minuit.

Voici, monsieur, trois bon à tirer (feuilles 12, 13 et 14), demain vous aurez le reste. J’ai été dérangé par l’incident des vers qu’on m’attribue. La publicité dans les journaux m’a amené à écrire, et je n’en suis pas fâché, une lettre que je vous envoie[2]. Je l’ai envoyée manuscrite à l’Indépendance. Peut-être feriez-vous bien de porter à M. Bérardi l’épreuve imprimée que voici. Je vous prie d’aider de tous vos efforts à la plus grande publicité possible de cette lettre. Elle peut servir ces misérables de Charleroi.

Je m’occuperai demain de la légalisation de la signature désirée par vous.

Je vous envoie une lettre qui m’arrive d’un libraire de Rotterdam.

Je crois peu prudent d’envoyer tout le manuscrit de la 2e partie en un seul paquet. J’en ferai deux que vous recevrez successivement par la poste comme vous le désirez. Je pense que le premier paquet pourra partir vendredi. Dès que vous m’en aurez accusé réception, je vous enverrai le second. — Recevez mon plus cordial serrement de main.

Vous jugerez probablement à propos d’écrire au libraire de Rotterdam[3].


Au même[4].


23 janvier.

J’envoie le bon à tirer. Pourtant il serait prudent peut-être de m’en envoyer une 3e. La faute (p. 268) se reproduit pour la seconde fois (monde pour : ciel). En outre, pour avoir quatre lignes sur la page blanche, avec le rejet de deux lignes, j’ai marqué deux alinéas, page 267. Cela va faire des remaniements. Ce chapitre est très important. Je répète qu’il serait sage de me renvoyer épreuve. Pourtant, si le temps presse, on peut tirer, mais je recommande extrêmement les corrections.

On me renvoie la feuille 18 sans qu’elle ait été corrigée. En l’ouvrant page 278, je tombe sur la faute position pour posture (l. 14) qui a été

  1. Inédite.
  2. Cette lettre a été publiée dans les journaux du temps, puis insérée dans Actes et Paroles. Pendant l’exil.
  3. Correspondance relative aux Misérables. — Bibliothèque Nationale.
  4. Inédite.