Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avoir dénoncé politiquement. S’il dit : c’est une drogue, il ajoute un encouragement à la saisie. S’il dit le contraire, il répare un peu le mal qu’il a fait. Insister près d’Édouard Bertin à ce point de vue. — Quand on publiera le 14, faire citer Waterloo. Insister sur le côté national. — Et encore merci, et encore merci[1].


À Madame Victor Hugo[2].


20 mai.

Chère amie, si tu me voyais sous l’avalanche de cette publication,

tout pressé, tout pressant, tout à faire à la fois[3],

tu ne te plaindrais pas de mon silence. Mon cœur, un bien gros morceau du moins, est rue de Verneuil, n° 6[4], avec toi, avec mon Charles bien-aimé. Tu nous écris, toi, des lettres charmantes, et qui se portent joliment bien. Tu vas nous arriver enfin, avec mon excellent beau-frère que je serai charmé de voir. Hélas ! quand Hauteville-house sera-t-il complet ?

Marie va passer huit jours en France ; elle conduit à l’hospice sa mère Jeanne qui est devenue folle. La mère de Virginie est morte. Le malheur visite sans pitié les pauvres gens. Rosalie suppléera Marie absente pour huit jours. Nous mangerons de la cuisine simple. Vous serez indulgents.

C’est égal, arrive-nous vite, que ceci ne te fasse pas peur.

Je vous embrasse tendrement, mon Charles et toi.

V.[5]


À Auguste Vacquerie[6].


H.-H., 28 mai.

Ce qui vous réjouit m’afflige. Vous n’êtes plus critique, quel malheur ! quelle merveille d’article on ferait sur ce livre rien qu’en soudant vos lettres bout à bout ! Au reste vous avez beau faire et beau vouloir, comme le poëte contient toujours un critique égal à lui-même, vous resterez un grand critique malgré vous. Je voudrais bien savoir comment vous vous y prendriez pour combler un des deux versants de votre montagne. Le drame et la

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Hernani, acte IV.
  4. C’est en 1862 que Mme Victor Hugo, dans son voyage à Paris, habita 6, rue de Verneuil, ce qui permet de dater cette lettre.
  5. Bibliothèque Nationale.
  6. Inédite.