Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Auguste Vacquerie[1].


H.-H., 2 avril.

Cher Auguste, depuis huit jours, il y a ici recrudescence de succès pour les Miettes de l’Histoire. Il m’est venu des poëtes en pèlerinage et nous avons communié en vous ; on vous a lu à haute voix au dessert avec bravos et toasts. — Et à ce propos, voici mon remerciement pour le toast d’Émile de Girardin. Serez-vous assez bon pour mettre ce mot sous enveloppe, et l’envoyer, ou le porter vous-même. J’y parle de Proth. Il va sans dire que vous pouvez lire, et lire à Proth. — Vous pouvez lire aussi la lettre à Garnier-Pagès, je ne sais pas son adresse. Voudrez-vous remettre la lettre à M. Pagnerre qui aurait, je pense, la bonté de s’en charger.

Votre petite Catherine est un amour, je l’embrasse bien fort pour la peine qu’elle m’aime un peu. Où en est votre drame ? À qui le donnez-vous ? Méfiez-vous de ce cafard de Thierry. Vous avez du vent plein vos voiles, le public est à vous de plus en plus, ce sera là encore un grand et triomphal succès.

À vous. Ex imo.

Je voudrais bien lire les choses que Lamartine a écrites sur Les Misérables. Les uns me disent : C’est un hommage, les autres : C’est une diatribe. Je ne sais si je dois lui écrire. Vous seriez bien aimable de m’envoyer cela.

Un mot au sujet de notre excellent et cher Mario Proth. Je veux, certes, si je puis, lui rendre le service qu’il désire ; mais vous y pouvez plus que moi ; ma femme vous a indiqué notre sentiment à ce sujet, et vous le partagez sans nul doute ; voyez M. de Girardin, parlez-lui en mon nom, si vous croyez qu’il est possible que ma recommandation ajoute quoi que ce soit à la vôtre. Mario Proth serait une excellentissime acquisition pour la Presse. Ce que vous ferez sera bien fait[2].


À Paul Meurice[3].


H.-H., 29 avril.

Voilà ce que c’est qu’une imprudence ! Vous m’avez demandé une lettre pour M. Charles Alexandre, auteur du livre des Grands Maîtres, vous avez ouvert l’écluse de l’arriéré, et voilà le flot qui déborde. Au lieu d’une lettre,

  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.