Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des défectionnaires) afin que je ne prenne pas la peine et que je ne me donne pas le ridicule d’envoyer les Travailleurs de la mer à des ennemis avec une première page cordiale écrite de ma main. Le livre envoyé par le libraire, soit (cela regarde le libraire) ; mais non par l’auteur. — Bug pipe est la vraie orthographe. De bugle. — Faites-vous envoyer dès à présent la préface et la dédicace. Je crois que cela pourrait suffire pour annoncer le livre. Du reste, tout ce que vous déciderez sera bien et bon. — Serez-vous assez bon pour faire jeter ces deux lettres à la poste. Ô grand lecteur, j’espère que le tome III vous plaira. Ma femme m’envoie des extraits de vos lettres qui me charment.

À vous, à vous, et encore à vous.

V.[1]


Au même[2].


H.-H., 1er mars.


À toute dame
Toute flamme.

Je commence par Catherine, elle est tout bonnement exquise. C’est une belle, que cette petite. Je la remercie d’être coquette jusqu’à m’envoyer son portrait. Si j’avais seulement soixante ans de moins, je lui ferais une cour féroce, et ses trois mamans feraient bien d’avoir l’œil sur nous. — La dédicace disposée ainsi est fort ingénieuse, mais c’est un éloge que l’auteur s’adjuge à lui-même, c’est une constatation de la qualité lapidaire du style, je pense, comme vous, que la disposition en simples lignes ordinaires a plus de modestie et par conséquent vaut mieux. Donc tenons-nous y. — Vous avez su par P. Meurice que les offres s’étaient élevées pour les Travailleurs de la mer jusqu’à un demi-million. (Millaud. Le Soleil.) Je n’ai pas accepté par respect pour la raison d’art. Ce livre ne saurait être publié autrement qu’entier et en bloc. Il me semble, hein ? que je dépasse un peu Hippocrate refusant, etc. — Vous m’approuverez certainement. — Comme je vous ai bien nommé Grand lecteur ! c’est que vous êtes grand penseur. Je sens croître en lisant vos lettres mon bonheur d’être applaudi par vous. Vous avez la profondeur d’âme d’où sort l’autorité du critique et la maestria du poëte. Vous jugez comme vous créez, souverainement. Ma dernière lettre en contenait deux, dont une pour le journal En avant ! Vous est-elle bien parvenue ?

Puisque le livre ne paraît que le 19, nous avons un peu le temps de mûrir la question extraits dans les journaux. Ce que vous dites de la Revue des deux

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.