Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Jules Claretie[1].

Cher confrère, allez à Guernesey, allez-y. Vous y trouverez tout mon exil, tout ; — mon cœur, que vous ne verrez pas, sera à côté de vous, vous le sentirez.

Victor Hugo[2].
  1. (Note de Jules Claretie au bas de la lettre :)
    Dernière année de sa vie. Je lui disais que j’allais voir à Guernesey sa maison.
  2. Collection Jules Claretie.