Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


poussière ; je l’ai vue chasser les mouches qui importunaient cet immonde dormeur, se pencher sur lui, écouter le bruit de son haleine et contempler tendrement ses bottes éculées ; et maintenant je suis tout prêt à applaudir l’écrivain quelconque qui voudra faire un roman intime intitulé : Histoire mélancolique des amours d’une colombe et d’un pourceau.

Ô mon ami, la nature contient toutes les combinaisons et la femme contient tous les caprices. Tout est possible à la femme comme à Dieu.

Tout en couvant du regard son compagnon gisant près d’elle, elle remettait à neuf et lustrait avec un chiffon de serge une espèce d’épinette de forme antique incrustée de petites roues d’ivoire comme la vielle d’amour du grand Girgiganto.

La bannière qui ombrageait ce couple était bien la plus inintelligible pancarte de charlatan que j’aie jamais rencontrée ; ce qui d’ailleurs ne nuit pas au succès.

Figurez-vous une large toile peinte en bleu et, au milieu de cette toile écaillée par le soleil et sillonnée par les pluies, rien autre chose que cet hiéroglyphe peint en noir :

Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II p221.jpg

Si le peu que je crois savoir des récentes explications de feu Champollion ne me trompe pas, cette phrase, parfaitement égyptienne, signifie : Aujourd’hui comme toujours pendant l’éternité. Mais quel sens ce saltimbanque y attachait-il ? C’est ce que je m’explique moins facilement, à moins pourtant que ce ne soit une déclaration passionnée faite par le porc à la colombe, dans la langue mystérieuse d’Horus, d’Épiphane et d’Amon-Ra.

Contempler une femme qui contemple un homme, même quand la femme est fort jolie et quand l’homme est fort vilain, c’est après tout un plaisir médiocre, et, une fois ces diverses observations faites, je m’étais remis à déjeuner, quand tout à coup un mot français articulé sous ma fenêtre de la façon la plus nette et de la voix la plus aigre rappela mon attention vers la place. Vous me dispenserez de vous le redire. C’est un de ces mots qui sont une injure, un de ces mots malaisés à prononcer à cause du peu de décence des syllabes et dans l’intérieur desquels il y a fort mauvaise compagnie.

Je levai les yeux.

La femme qui dormait s’était réveillée. Elle était sur son séant, sa coiffe rejetée en arrière laissant voir une figure de vieille d’une laideur d’ogresse.