Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Odeur infecte qui en sort. Salle oblongue. Au milieu, une arête formée de deux rangs de lits de camp opposés par la tête. — Au pied de chaque lit un homme est enchaîné. Sa chaîne, d’un poids double des autres chaînes, lui permet une promenade dont le rayon a six pieds. — Je passe au milieu d’eux. Respectueux, mais menaçants. Sombres. Je leur fais donner quelque argent. Pas de remercîments. Ce sont les incorrigibles. Quelques-uns sont là pour trois ans. « Bagne dans le bagne », comme dit Méry.

À la porte de la double chaîne, en sortant, un forçat douceâtre me dit : C’est de la canaille.

Forge. Les forçats forgent eux-mêmes leurs chaînes.

Chapelle nue et triste. On est en train de la réparer. Le confessionnal à droite, près de la porte. — Est-il visité ? Quelquefois.

Hôpital. Pareil à tous les hôpitaux. Longue salle bordée de lits en fer. Seulement on entend des bruits de chaîne dans les lits des malades. — Très propre.

Homme, dix ans au bagne pour six liards faux changés sachant qu’ils étaient faux.

Homme au bagne pour crime de traite. Ce faiseur d’esclaves n’a abouti qu’à se faire forçat.

Le forçat se lève à cinq heures du matin, au jour en été, travaille aux choses les plus dures ; sous le bâton ; jamais de récréation ; ne s’interrompt que pour manger, vers midi ; retourne tout de suite au travail jusqu’à la nuit, rentre épuisé de fatigue, mange, se couche sur une planche, dort et recommence. Quelquefois jusqu’à la mort. — Jamais de dimanche. — Ne mange que du pain noir et de la soupe aux fèves, ne boit que de l’eau. — Ni vin, ni viande. — Vit vieux, se porte bien. — En ce moment 37 malades sur 2 250.

Il y a maintenant des bonnets verts à Toulon ; les bonnets à ganse jaune, long terme ; manche jaune à la casaque, récidive. — Lettre sur la casaque indiquant le lieu des travaux : A, arsenal, V, port, C, corderic, etc.

Pénalité formidable : rébellion ou la tentative, meurtre ou blessure sur un camarade ou tout autre, coups à un supérieur (depuis l’argousin jusqu’à l’amiral, depuis le mendiant jusqu’au pair de France) : la mort. — Évasion ou la tentative, coups à un camarade, injures à un supérieur, vol au-dessus de cinq francs : Trois ans de double chaîne. — Jurer, fumer, chanter, refus d’obéir, refus de travail, ne pas se découvrir devant un supérieur (c’est-à-dire devant quiconque passe), etc. : Cachot ou bastonnade.

Violente compression extérieure qui refoule tout l’homme à l’intérieur. Est-ce un bien ? est-ce un mal ? Oui pour les uns, non pour les autres.