Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dijon


— notes. —


19 octobre.

Tout le Chalonnais, le Beaunois, le Dijonnais, architecture romane. Souvent, dans un petit village, une belle tour byzantine, digne d’une métropole. Après Chagny, au bord de la route, un portail roman avec cette inscription : Bon vin, bon logis. Hélas ! cette même maison donnait jadis l’hospitalité aux âmes ! À Chagny, remarquable clocher roman, tour carrée, large, basse, trapue et superbe.

Beaune, charmant tas de maisons gothiques en pierre dans les arbres. Beffroi de ville du quinzième siècle, belle nef du quatorzième, à porche revêtu d’ardoises, qui sert de remise à des diligences. Église à tour romane, coiffée d’un ridicule toit-casquette.

Grande cheminée flambante. Vieux vigneron qui m’explique la vendange. Vieillard du Galèse. — Le cep jeune donne beaucoup de fruits, mais médiocres ; plus tard, moins, mais meilleurs ; vieux, une grappe ou deux, mais excellentes. On l’arrache alors, le vigneron n’y trouvant pas de profit. Donc le cep mûrit comme la grappe. Ne pas cueillir le raisin pendant la pluie, ni sous la rosée, il pourrit. Ôter les grains verts qui font aigrir le vin promptement, les grains pourris qui lui donnent mauvais goût, les grains secs qui le boivent. Ainsi, dans une seule grappe, trois mauvais éléments, dont l’un attaque le vin dans la durée, l’autre dans la qualité, le troisième dans la quantité.

Après Nuits, à gauche de la route, longue rangée de collines basses et nues à leur sommet, surmontées de grands plateaux et coupées par des ravins étroits, verts et profonds. Au débouché de chaque ravin, un hameau. Vignes partout.

Pour qui arrive de Chalon, la situation de Dijon rappelle un peu celle de Paris pour qui arrive par la barrière du Maine. Grande plaine entourée de collines, route bordée d’ormes ; à gauche, à l’horizon, deux collines imitant en petit, l’une le mont Valérien, l’autre la butte Montmartre.


20 octobre.

Délicieuse ville d’ailleurs, mélancolique et douce. Promenade sur les vieux remparts. L’automne leur va bien. Saison charmante. Les arbres y