Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/521

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


a son pont. L’ancienne église est gâtée ; élégante chapelle rococo. Le clocher est assez réussi. Quant à la ruine du château de Vindulk, elle semble restaurée et ne vaut pas la course. Une lieue en montant.


11 septembre. — La Favorite. Charmant palais rocaille. Chef-d’œuvre du fantasque et du charmant. Mauvais goût divin. Salle à manger tapissée de faïence. Salon de jais. Deux chambres à coucher ; l’une (le margrave) en tapisserie au petit point, don de Louis XIV ; l’autre (la margrave) en satin fond jaune, dessin oreille d’ours, bandes alternées.


12 septembre. — Lichtenthal. Vu le burg. Puis le chaos de rochers de la montagne. La crypte du burg est murée depuis peu, le mur est tout neuf. Il y a une consigne pour cacher partout les oubliettes.


13 septembre. — Eberstein. Magnifique paysage de montagnes. Arrivés à Eberstein, impossible de le voir, le grand duc y est. Un gros dogue noir féroce qui vous chasse et cherche à mordre le représente dans la cour. Le château est stupidement abâtardi et restauré. Il n’en reste qu’un beau sanglier en granit.

Les tyroliens. Chants exquis, beaux costumes. Beau soleil ; admirable décor de montagnes à cette musique. — Une table de parisiens ; accompagnement de fourchettes. Quinze femmes, toutes laides, quinze hommes, tous bêtes.


16 septembre. — Landau. Restes d’une belle vieille ville, quoique dévastée, saccagée par vingt sièges, vaubanisée, et ornée par Louis XIV d’un soleil.


17 septembre. — Vallée d’Antweiler (Vosges bavaroises). Constructions extraordinaires du grès. Des burgs géants avec leurs tours, des murailles inexprimables, qui semblent bâties par et pour des Polyphèmes, des cirques cyclopéens, des édifices fantômes, toute une féodalité de forteresses pour des titans. Puis des tumulus pour Micromégas ou Gargantua, ou Goliath. Puis une roche percée portant une pierre branlante avec un grand arbre dessus. Le tout a 60 pieds de haut (sans l’arbre). Après l’imitation des monuments féodaux, l’imitation des monuments celtiques.

Arrivés à 6 h. 12 à Pirmasens.

Comme l’histoire est lente à venir ! Il y a cent ans, Louis IX, landgrave de Hesse, espèce de jocrisse féroce bardé sur le ventre de deux grands cordons, l’un bleu, l’autre rouge, bêtement croisés, a ravagé, incendié, pillé et violé Pirmasens. Allez à Pirmasens, et au Zum-Lamm, la meilleure auberge