Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/522

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de la ville, vous verrez après un siècle le portrait de Louis IX orné de fleurs.


19 septembre. — Vu Sarrebrück. Jolie fontaine rococo sur la place. Les quatre ou cinq clochers bulbeux de la ville répètent à peu près le même pot à l’eau. Une jolie porte cochère Louis XVI. Un beau vieux hôtel Louis XV, très noir et très fruste. Tombeaux des ducs de Sarrebrück-Nassau dans l’église du château. Beaux et fiers sépulcres. Le château a été détruit en 1793 dans les guerres de France contre l’Europe.


25 septembre. — Merzig. Vu l’église ; romane ; restaurée et abâtardie en 1725. Abside du 11e siècle. Ordre de cintres à tores sculptés sur des colonnettes romanes à chapiteaux variés. Quatre beaux chapiteaux aux piliers de l’église. Riches détails byzantins. Dehors de l’église encore très beau. Abside à trilobés sur piliers romans. L’intérieur est grotesquement badigeonné de blanc et de bleu. L’église évidemment est condamnée et sera bientôt remplacée par une basilica quelconque. Avant deux ans elle aura disparu. Nous avons remarqué une fosse pleine d’eau qui affouille les fondations et qui est entretenue avec soin dans le béton.

Freudenburg. Village sur une arête de rochers. Tours, ogives ; belle ruine à trois pignons à l’extrémité du promontoire sur la vallée.

C’est jour de foire. Bestiaux, bœufs, paysans, boutiques. Ce brouhaha effraye nos chevaux à l’entrée du village au point déclive de la route. Ils reculent, se cabrent, la voiture roule en arrière à deux doigts du précipice. Les paysans se jettent à la tête des chevaux et les arrêtent.

Sarreburg. Ville admirablement située. Église curieuse, ruine magnifique ; nous nous y arrêtons. Avant le dîner nous allons voir l’église. Du 13e siècle ; bien réparée. Le portail neuf est beau, d’un grand style, et prouve un architecte de talent. Beaux tombeaux-appliques, dans l’église Renaissance et Henri IV, des anciens seigneurs de la ville dont un prend la qualité de conseiller du très haut prince de Trêves. Celsissimi principis Trevirorum.

En sortant de l’église, admirable ravin. Violente cascade de la Leuss qui y tombe de 60 pieds de haut entre des maisons toutes de travers très magnifiquement. Cela est charmant et furieux. La Leuss grossie par l’averse est jaune d’ocre. Cette énorme chevelure rousse tombe dans les rochers et se soulève comme gonflée par un ouragan qui sort de dessous terre. Beaucoup de belles vieilles masures.

Pendant le dîner l’hôte entre et m’apprend que les journaux annoncent mon arrivée à Trêves pour demain. Nous tenons conseil pour déjouer cette attente.