Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/525

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


1864.




SUR LE RHIN ET EN BELGIQUE.


15 août. — Nous partons aujourd’hui lundi par Southampton par le Normandy à 9 h. 1/2. Nous passons très près d’Aurigny. Les rochers et les falaises de la côte sud sont superbes. On n’en parle jamais. Cela vaut presque Serk. Beau temps. Vent nord-est. Tangage.

Nous arrivons à Southampton à 7 heures du soir.


17 août. — Partis pour Bruxelles par Douvres et Ostende à 7 h. 30 du matin. Vu en passant Chatham. Il faudra le revoir. Magnifique ruine d’un donjon.

J’ai cette nuit, en dormant, fait sur Franklin ce vers :

Alter Prometheus direpto fulmine magnus.

Arrivés à 9 heures à Douvres. — Partis à 9 h. 1/2 pour Ostende par le Rubis, steamer belge.

Vent debout. Bon temps du reste. Mer très belle. — Passe un steamer à hélice, ayant sa voilure à l’avant et sa machine et sa cheminée à l’arrière. Ainsi :

Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II p525.jpg


21 août. — Dinant. Nous partons aujourd’hui avec Victor. Charles nous rejoindra en route. Loué une voiture moyennant 25 francs par jour. Nous partons à midi pour Bouillon par Beauraing. Passé à Beauraing sans arrêter. Arrivés à Bouillon à 8 heures du soir.


22 août. — J’ai averti les ouvriers qui creusent une conduite d’eau dans la rue pour qu’on y mette un lampion la nuit. Notre voiture hier soir en