Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/609

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Une femme effeuiller une fleur dans ses doigts,
Et dans l’air de ma tête, et dans mon son de voix,
Dans mes gestes, mes chants, mes propos, dans la flamme
De mes yeux souriants et fiers, chercher mon âme.

(Il se trompe. Une femme est amoureuse de lui
Sujet de la comédie.)

Terminons les citations de ce petit album par quelques vers :

... ce champ vermeil
Où le coquelicot prend feu dans le soleil.


Vous creuserez un peu la pierre de ma tombe
Afin que l’oiseau vienne y boire l’eau du ciel.


C’est de cet album que sont extraits le croquis du Château de Douvres et la face béate du divin Bernardo (pages 505 et 510).


1864. — Le carnet de voyage de 1864, dont nous avons reproduit les croquis les plus intéressants, débute par ces vers sur le télégraphe :

On est dans le wagon ; on regarde, on écoute.
L’appareil électrique accompagne la route
Partout, dans les prés verts, dans le ravin obscur.
Ces longs cheveux de fer, alignés dans l’azur,
Font du ciel un papier de musique, et l’espace
Est plein d’une harmonie en tumulte, qui passe.
On entend des accords, des bruits ; d’où viennent-ils ?
Et les oiseaux, points noirs, perchés sur tous ces fils.
Sont les notes du chant mystérieux de l’ombre.


Un album spécial nous a fourni les trois dessins reproduits pages 565, 567 et 569.


1865. — Citons cette réflexion écrite entre deux notes de voyage :


J’ai sous les yeux le livre du marquis de Sade. C’est le dernier mot logique du matérialisme.


Sur une page du carnet est collé un article de journal donnant des détails sur les œuvres en train du poète : Les Chansons des rues et des bois, les Travailleurs de la mer, et annonçant que Victor Hugo, par raison de santé, habiterait six mois Bruxelles et six mois Guernesey.

Pendant le séjour à Bruxelles qui a précédé son voyage de 1865, Victor Hugo note un achat important ; il s’agit d’une collection de flambeaux représentant chacun un personnage des Misérables : Jean Valjean, Gavroche, Gillenormand, Jean Valjean garde