Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


syriaques ; par leur forme et par leurs hiéroglyphes, à l’architecture égyptienne ?…

Quoi qu’il en soit, le colosse carthaginois, maître des mers, héritier de la civilisation d’Asie, d’un bras s’appuyant sur l’Égypte, de l’autre environnant déjà l’Europe, est un moment le centre des nations, le pivot du globe. L’Afrique domine le monde.

Cependant la civilisation a déposé son germe en Grèce[1]. Il y a pris racine, il s’y est développé, et du premier jet a produit un peuple capable de le défendre contre les irruptions de l’Asie, contre les revendications hautaines de cette vieille mère des nations. Mais, si ce peuple a su défendre le feu sacré, il ne saurait le propager. Manquant de métropole et d’unité, divisée en petites républiques qui luttent entre elles, et dans l’intérieur desquelles se heurtent déjà toutes les formes de gouvernement, démocratie, oligarchie, aristocratie, royauté, ici énervée par des arts précoces, là nouée par des lois étroites, la société grecque a plus de beauté que de puissance, plus d’élégance que de grandeur, et la civilisation s’y raffine avant de se fortifier. Aussi Rome se hâte-t-elle d’arracher à la Grèce le flambeau de l’Europe, elle le secoue du haut du Capitole et lui fait jeter des rayons inattendus. Rome, pareille à l’aigle, son redoutable symbole, étend largement ses ailes, déploie puissamment ses serres, saisit la foudre et s’envole. Carthage est le soleil du monde, c’est sur Carthage que se fixent ses yeux. Carthage est maîtresse des océans, maîtresse des royaumes, maîtresse des nations. C’est une ville magnifique, pleine de splendeur et d’opulence, toute rayonnante des arts étranges de l’orient. C’est une société complète, finie, achevée, à laquelle rien ne manque du travail du temps et des hommes. Enfin, la métropole d’Afrique est à l’apogée de sa civilisation, elle ne peut plus monter, et chaque progrès désormais sera un déclin. Rome au contraire n’a rien. Elle a bien pris déjà tout ce qui était à sa portée ; mais elle a pris pour prendre plutôt que pour s’enrichir. Elle est à demi sauvage, à demi barbare. Elle a son éducation ensemble et sa fortune à faire. Tout devant elle, rien derrière.

  1. Ceci n’est qu’un premier chapitre. L’auteur n’a pu y indiquer et y classer que les faits les plus généraux et les plus sommaires. Il n’a point négligé pour cela d’autres faits, qui, pour être du second ordre, n’en ont pas moins une haute valeur. On verra dans la suite du livre dont ceci est un fragment, si jamais il termine ce livre, comment il les coordonne et les rattache à l’idée principale. Les preuves arriveront aussi. Il y a bien des cavités à fouiller dans l’histoire, bien des fonds perdus dans cette mer, là même où elle a été le plus explorée, le plus sondée. Et par exemple, la grande civilisation dominante d’Europe, celle qui d’abord apparaît aux yeux, la civilisation grecque et romaine, n’est qu’un grand palimpseste, sous lequel, la première couche enlevée, on retrouve les pélages, les étrusques, les ibères et les celtes. Rien que cela ferait un livre. (Note de l’édition original)