Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


va à vau-l’eau sur le torrent de la renaissance. La langue est une des premières choses atteintes ; en un moment, elle se remplit de mots latins et grecs ; elle déborde de néologismes ; son vieux sol gaulois disparaît presque entièrement sous un chaos sonore de vocables homériques et virgiliens. À cette époque d’enivrement et d’enthousiasme pour l’antiquité lettrée, la langue française parle grec et latin comme l’architecture, avec un désordre, un embarras et un charme infinis ; c’est un bégaiement classique adorable. Moment curieux ! c’est une langue qui n’est pas faite, une langue sur laquelle on voit le mot grec et le mot latin à nu, comme les veines et les nerfs sur l’écorché. Et pourtant, cette langue qui n’est pas faite est une langue souvent bien belle ; elle est riche, ornée, amusante, copieuse, inépuisable en formes, haute en couleur ; elle est barbare à force d’aimer la Grèce et Rome ; elle est pédante et naïve. Observons en passant qu’elle semble parfois chargée, bourbeuse et obscure. Ce n’est pas sans troubler profondément la limpidité de notre vieil idiome gaulois que ces deux langues mortes, la latine et la grecque, y ont si brusquement vidé leurs vocabulaires. Chose remarquable et qui s’explique par tout ce que nous venons de dire, pour ceux qui ne comprennent que la langue courante, le français du seizième siècle est moins intelligible que le français du quinzième. Pour cette classe de lecteurs, Brantôme est moins clair que Jean de Troyes.

Au commencement du dix-septième siècle, cette langue trouble et vaseuse subit une première filtration. Opération mystérieuse faite tout à la fois par les années et par les hommes, par la foule et par le lettré, par les événements et par les livres, par les mœurs et par les idées, qui nous donne pour résultat l’admirable langue de P. Matthieu et de Mathurin Régnier, qui sera plus tard celle de Molière et de La Fontaine, et plus tard encore celle de Saint-Simon. Si les langues se fixaient, ce qu’à Dieu ne plaise, la langue française aurait dû en rester là. C’était une belle langue que cette poésie de Régnier, que cette prose de Matthieu ! c’était une langue déjà mûre, et cependant toute jeune, une langue qui avait toutes les qualités les plus contraires, selon le besoin du poëte ; tantôt ferme, adroite, svelte, vive, serrée, étroitement ajustée sur l’intention de l’écrivain, sobre, austère, précise, elle allait à pied et sans images et droit au but ; tantôt majestueuse, lente et tout empanachée de métaphores, elle tournait largement autour de la pensée, comme les carrosses à huit chevaux dans un carrousel. C’était une langue élastique et souple, facile à nouer et à dénouer au gré de toutes les fantaisies de la période, une langue toute moirée de figures et d’accidents pittoresques ; une langue neuve, sans aucun mauvais pli, qui prenait merveilleusement la forme de l’idée, et qui, par moments, flottait quelque peu à l’entour, autant qu’il le fallait pour la grâce du style. C’était une langue pleine de fières