Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à l’esprit d’analyse l’esprit de synthèse, au démon démolisseur le génie de la reconstruction, comme à la convention avait succédé l’empire, à Robespierre Napoléon. Il est apparu des hommes doués de la faculté de créer, et ayant tous les instincts mystérieux qui tracent son itinéraire au génie. Ces hommes, que nous pouvons d’autant plus louer que nous sommes personnellement bien éloigné de prétendre à l’honneur de figurer parmi eux, ces hommes se sont mis à l’œuvre. L’art, qui, depuis cent ans, n’était plus en France qu’une littérature, est redevenu une poésie.

Au dix-huitième siècle il avait fallu une langue philosophique, au dix-neuvième il fallait une langue poétique.

C’est en présence de ce besoin que, par instinct et presque à leur insu, les poètes de nos jours, aidés d’une sorte de sympathie et de concours populaire, ont soumis la langue à cette élaboration radicale qui était si mal comprise il y a quelques années, qui a été prise d’abord pour une levée en masse de tous les solécismes et de tous les barbarismes possibles, et qui a si longtemps fait taxer d’ignorance et d’incorrection tel pauvre jeune écrivain consciencieux, honnête et courageux, philologue comme Dante en même temps que poëte, nourri des meilleures études classiques, lequel avait peut-être passé sa jeunesse à ne remporter dans les collèges que des prix de grammaire.

Les poëtes ont fait ce travail, comme les abeilles leur miel, en songeant à autre chose, sans calcul, sans préméditation, sans système, mais avec la rare et naturelle intelligence des abeilles et des poëtes. Il fallait d’abord colorer la langue, il fallait lui faire reprendre du corps et de la saveur ; il a donc été bon de la mélanger selon certaines doses avec la lange féconde des vieux mots du seizième siècle. Les contraires se corrigent souvent l’un par l’autre. Nous ne pensons pas qu’on ait eu tort de faire infuser Ronsard dans cet idiome affadi par Dorat.

L’opération d’ailleurs s’est accomplie, on le voit bien maintenant, selon les lois grammaticales les plus rigoureuses. La langue a été retrempée à ses origines. Voilà tout. Seulement, et encore avec une réserve extrême, on a remis en circulation un certain nombre d’anciens mots nécessaires ou utiles. Nous ne sachons pas qu’on ait fait des mots nouveaux. Or ce sont les mots nouveaux, les mots inventés, les mots faits artificiellement qui détruisent le tissu d’une langue. On s’en est gardé. Quelques mots frustes ont été refrappés au coin de leurs étymologies. D’autres, tombés en banalité, et détournés de leur vraie signification, ont été ramassés sur le pavé et soigneusement replacés dans leur sens propre.

De toute cette élaboration, dont nous n’indiquons ici que quelques détails pris au hasard, et surtout du travail simultané de toutes les idées particulières à ce siècle (car ce sont les idées qui sont les vraies et souveraines