Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/647

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



En vain quelques mages
Portent les images
Des dieux du haut lieu ;
En vain leur roi penche
Sa tunique blanche
Sur le soufre bleu ;
Le flot qu’il contemple
Emporte leur temple
Dans ses plis de feu.

Plus loin il charrie
Un palais, où crie
Un peuple à l’étroit ;
L’onde incendiaire
Mord l’îlot de pierre
Qui fume et décroît,
Flotte à sa surface,
Puis fond et s’efface
Comme un glaçon froid.

Le grand prêtre arrive
Sur l’ardente rive
D’où le reste a fui.
Soudain sa tiare
Prend feu comme un phare,
Et pâle, ébloui,
Sa main qui l’arrache
À son front s’attache,
Et brûle avec lui.

Le peuple, hommes, femmes,
Court… Partout les flammes
Aveuglent ses yeux ;
Des deux villes mortes
Assiégeant les portes
À flots furieux,