Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/699

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais que fera la mort, inféconde et jalouse,

De tant de braves endormis ?


« Que n’ai-je été frappé ! que n’a sur la poussière
Roulé mon vert turban avec ma tête altière !
Hier j’étais puissant ; hier trois officiers,
Immobiles et fiers sur leur selle tigrée,
Portaient, devant le seuil de ma tente dorée,
Trois panaches ravis aux croupes des coursiers.

« Hier j’avais cent tambours tonnant à mon passage ;
J’avais quarante agas contemplant mon visage,
Et d’un sourcil froncé tremblant dans leurs palais.
Au lieu des lourds pierriers qui dorment sur les proues,
J’avais de beaux canons roulant sur quatre roues,

Avec leurs canonniers anglais.


« Hier j’avais des châteaux, j’avais de belles villes,
Des grecques par milliers à vendre aux juifs serviles ;
J’avais de grands harems et de grands arsenaux.
Aujourd’hui, dépouillé, vaincu, proscrit, funeste,
Je fuis… De mon empire, hélas ! rien ne me reste.
Allah ! je n’ai plus même une tour à créneaux !

« Il faut fuir, moi, pacha, moi, vizir à trois queues !
Franchir l’horizon vaste et les collines bleues,
Furtif, baissant les yeux, presque tendant la main,
Comme un voleur qui fuit troublé dans les ténèbres,
Et croit voir des gibets dressant leurs bras funèbres

Dans tous les arbres du chemin ! »


*


Ainsi parlait Reschid, le soir de sa défaite.
Nous eûmes mille grecs tués à cette fête.