Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’étang frémit sous les aulnes ;
La plaine est un gouffre d’or
Où court, dans les grands blés jaunes,
Le frisson de messidor.

C’est l’instant qu’il faut qu’on aime,
Et qu’on le dise aux forêts,
Et qu’on ait pour but suprême
La mousse des antres frais !

À quoi bon songer aux choses
Qui se passent dans les cieux ?
Viens, donnons notre âme aux roses ;
C’est ce qui l’emplit le mieux.

Viens, laissons là tous ces rêves,
Puisque nous sommes au mois
Où les charmilles, les grèves,
Et les cœurs, sont pleins de voix !

L’amant entraîne l’amante,
Enhardi dans son dessein
Par la trahison charmante
Du fichu montrant le sein.

Ton pied sous ta robe passe,
Jeanne, et j’aime mieux le voir
Que d’écouter dans l’espace
Les sombres strophes du soir.

Il ne faut pas craindre, ô belle,
De montrer aux prés fleuris
Qu’on est jeune, peu rebelle,
Blanche, et qu’on vient de Paris !