Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La campagne est caressante
Au frais amour ébloui ;
L’arbre est gai pourvu qu’il sente
Que Jeanne va dire oui.

Aimons-nous ! et que les sphères
Fassent ce qu’elles voudront !
Il est nuit ; dans les clairières
Les chansons dansent en rond ;

L’ode court dans les rosées ;
Tout chante ; et dans les torrents
Les idylles déchaussées
Baignent leurs pieds transparents ;

La bacchanale de l’ombre
Se célèbre vaguement
Sous les feuillages sans nombre
Pénétrés de firmament ;

Les lutins, les hirondelles,
Entrevus, évanouis,
Font un ravissant bruit d’ailes
Dans la bleue horreur des nuits ;

La fauvette et la sirène
Chantent des chants alternés
Dans l’immense ombre sereine
Qui dit aux âmes : Venez !

Car les solitudes aiment
Ces caresses, ces frissons,
Et, le soir, les rameaux sèment
Les sylphes sur les gazons ;