Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Que l’amour trompe nos attentes,
Qu’un bien-aimé soit un martyr,
Et que toutes ces voix chantantes
Descendent du ciel pour mentir.

Je suis rempli d’une musique ;
Je ne sens point, dans mes halliers,
La désillusion classique
Des vieillards et des écoliers.

J’écoute en moi l’hymne suprême
De mille instruments triomphaux,
Qui tous répètent qu’elle m’aime,
Et dont pas un ne chante faux.

Oui, je t’adore ! oui, tu m’adores !
C’est à ces mots-là que sont dus
Tous ces vagues clairons sonores
Dans un bruit de songe entendus.

Et, dans les grands bois qui m’entourent,
Je vois danser, d’un air vainqueur,
Les Cupidons, gamins qui courent
Devant la fanfare du cœur.


12 août.