Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XI


LE NID.


C’est l’abbé qui fait l’église ;
C’est le roi qui fait la tour ;
Qui fait l’hiver ? C’est la bise.
Qui fait le nid ? C’est l’amour.

Les églises sont sublimes,
La tour monte dans les cieux,
L’hiver pour trône a les cimes ;
Mais le nid chante et vaut mieux.

Le nid, que l’aube visite,
Ne voit ni deuils, ni combats ;
Le nid est la réussite
La meilleure d’ici-bas.

Là, pas d’or et point de marbre ;
De la mousse, un coin étroit ;
C’est un grenier dans un arbre,
C’est un bouquet sur un toit.

Ce n’est point chose facile,
Lorsque Charybde et Scylla
Veulent mordre la Sicile,
Que de mettre le holà ;