Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Gunich.

Vous vous vantez.


Gallus.

Jamais.
Amoureux, moi ! Jamais. Je rirais, si j’aimais !


Gunich.

Non, mais vous feriez rire et seriez une altesse
fort compromise aux yeux des badauds de Lutèce.
Comme avec un éclat de rire ils vous défont !
Paris la bonne ville est très méchante au fond.
Une altesse, elle mord dedans, elle en déjeune.
Quelle chute pour vous si l’on vous trouvait--jeune !
Vous voilez votre cœur, vous sentant en danger,
ah ! Peste ! Vous le loup, de passer pour berger.


Gallus.

Un Bartholo ! Moi !


Gunich.

Non. Céladon. Grand modèle.


Gallus.

Quoi ! Zabeth !


Gunich.

Monseigneur ne peut se passer d’elle.
Vous la traînez partout, cette madame-là.
Cette Lison changée en marquise brilla
tout de suite, en jetant aux moulins sa cornette,
près de vous, comme auprès du soleil la planète.
Bel astre. Et monseigneur a je ne sais quel air
de peu s’en soucier et d’en être très fier.
Ces nuances-là, dont se compose l’églogue,
sont l’énigme du cœur humain.
Gallus, haussant les épaules.
Idéologue !