Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/342

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



I


Roi d’Yvetot, mon camarade,
Je te dis : — Salut ! Il fait beau ! -
Comme Racan à Benserade,
Et comme Arioste à Bembo.

En famille chez toi l’on soupe ;
Ta médiocrité te plaît ;
La gaîté sainte est la soucoupe
De la tasse où tu bois ton lait.

On nous prêche ici la tristesse.
Sanchez dresse procès-verbal
De ce que la folle Lutèce
Va, fort décolletée, au bal.

Il nous pleut des sermons sans nombre,
Très funèbres, point variés ;
Mais vous êtes là-bas dans l’ombre
Quelques sages qui souriez.

L’intolérance aux rois s’appuie,
Nous frappant de leur droit divin,
Pendant qu’avril déjà ressuie
Les églantiers dans ton ravin.

Un quadrille est presque une émeute.
L’essaim des cloîtres nous poursuit ;