Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


À peu près :

                      ― « Monstre horrible. On n’a rien vu de tel.
Informe, épouvantable et ténébreux. Un homme
Qui brûlerait Paris et démolirait Rome.
Voluptueux. Un peu le chef des assassins.
Bref, capable de tout. Foulant aux pieds les saints,
Les lois, l’église et Dieu. Ruinant son libraire. »
Faisons chorus. Hurler avec le loup, et braire
Avec l’évêque, eh bien, c’est un droit. Usons-en.
J’aime en ce noble abbé ce style paysan.
C’est poissard, c’est exquis. Bravo. Cela vous plonge
Dans une vague extase où l’on sent le mensonge.
Doux prêtre ! On entend rire aux éclats Diderot,
Molière, Rabelais, et l’on ne sait pas trop,
Dans cette vision où le démon chuchote,
Si l’on voit un évêque ayant au dos la hotte
Ou bien un chiffonnier ayant la mitre au front.
L’antienne, quand un peu de bave l’interrompt,
À du charme ; on est prêtre et l’on a de la bile.
D’ailleurs, Muse, chacun sur terre a son Zoïle,
Et Voltaire a Fréron comme Dante a Cecchi.
Et puis cela se vend. Combien ? Six sous. À qui ?
Aux sots. C’est un public. Les mâchoires fossiles
Veulent rire ; le clan moqueur des imbéciles
Veut qu’on l’amuse ; il est fort nombreux aujourd’hui ;
N’a-t-il donc pas le droit qu’on travaille pour lui ?
Depuis quand n’est-il plus permis d’emplir les cruches ?
Tout a son instinct. Comme un frelon vole aux ruches,
Comme à Lucrèce au lit court Alexandre six,
Comme Corydon suit le charmant Alexis,
Comme un loup suit les boucs, et le bouc les cytises,
Comme avril fait des fleurs, Ségur fait des sottises.
Il le faut.

                      Muse, il sied que le sage indulgent