Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXI DANS MA STALLE



Ô vieil antre, devant le sourcil, que tu fronces,
Parmi les joncs sifflants, les épines, les ronces,
Et les chardons, broutés par l'âne positif,
Sous la protection d'un grand chêne attentif
Qui battait la mesure avec sa tête énorme,
Poussait le coude au frêne et faisait signe à l'orme,
Au fond du hallier sombre, où, dans l'arbre entr'ouvert,
La fée, à des coussins de mousse en velours vert,
S'accoude, -une linotte, encor toute petite,
Débutait. Dans le lierre et dans la clématite,
Une fauvette dit: Pas mal! puis fredonna;
Et, rêveur, j'écoutais cette prima donna.

15 octobre 1854. ==