Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


III LA FEMME


Je l’ai dit quelque part, les penseurs d’autrefois,
Épiant l’inconnu dans ses plus noires lois,
Ont tous étudié la formation d’Ève.
L’un en fit son problème et l’autre en fit son rêve.
L’horreur sacrée étant dans tout, se pourrait-il
Que la femme, cet être obscur, puissant, subtil,
Fût double, et, tout ensemble ignorée et charnelle,
Fît hors d’elle l’aurore, ayant la nuit en elle ?
Le hibou serait-il caché dans l’alcyon ?
Qui dira le secret de la création ?
Les germes, les aimants, les instincts, les effluves !
Qui peut connaître à fond toutes ces sombrès cuves ?
Est-ce que le Vésuve et l’Etna, les reflux
Des forces s’épuisant en efforts superflus,
Le vaste tremblement des feuilles remuées,
Les ouragans, les fleurs, les torrents,. les nuées,
Ne peuvent pas finir par faire une vapeur.
Qui se condense en femme et dont le sage a peur ?
Tout fait Tout, et le même insondable cratère
Crée à Thulé la lave et la rose à Cythère.
Rien ne sort des volcans qui n’entre dans lès coeurs.
Les oiseaux dans les bois ont des rires moqueurs
Et tristes, au-dessus de l’amoureux crédule.
N’est-ce pas le serpent qui vaguement ondule
Dans la souple beauté des vierges aux seins nus ?
Les grands sages étaient d’immenses ingénus ;
Ils ne connaissaient pas la forme de ce globe,
Mais, pâles, ils sentaient traîner sur eux la robe