Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ceux par qui le malheur sur les innocents tombe,
Et qui n’ont pas de repentir,
Voudront après la mort voler hors de la tombe,
Dieu juste, et n’en pourront sortir.
Glaives, sceptres, gibets ! L’homme.aux cieux est contraire ;
C’est toujours l’homme du passé !
Il s’aime dans lui-même et se hait dans son frère,
Coeur-sombre où la ronce a poussé ! .
Hélas ! on se regarde avec des yeux, funèbres,
Grands et petits, jeunes et vieux,
Et le riche orgueilleux se sent dans les ténèbres
Mordu par le pauvre envieux.

On crache sur Caton, on bave sur Socrate ;
Le fort lest bon ; le faible a tort ;
Le déshérité rampe, et la terre est ingrate ;
Il pleut, c’est la nuit, l’enfant dort,

-Enfant, debout ! Va-t’en à ton travail ! C’est l’heure. -
Triste, il part ; nul ne le défend,
Et le ciel effrayant qui sanglote et qui pleure
Glace de ses larmes l’enfant.

Les femmes sont aux fers dans les lois : inégales ;
L’homme entend leurs cris de courroux,.
Sans plus s’en émouvoir que du chant des. cigales
Dans les chaumes des sillons roux.