Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXVII À PAUL M.


Paul, je connais si bien l’autre côté des choses
Que toujours je regarde en mes apothéoses
La hauteur du rocher d’où je devrai tomber ;
Le sort change, -je l’ai subi sans Me courber,
Une femme en squelette, un palais en masure ;
Et c’est pourquoi, passant fraternel, je mesure,
Souriant et pensif, sans retirer ma main,
A l’amour d’aujourd’hui la haine de demain.
Aux éblouissements de l’aube je calcule
La morne hostilité qu’aura le crépuscule ;
Qui ne fut point haï n’a vécu qu’à demi ;
Et, tâchant d’être bon, je laisse, ô mon ami,
Passer l’un. après l’autre, en cette ombre où nous sommes,
Tous les faux lendemains de la terre et des hommes,
Sûr de ce lendémain immense du ciel bleu
Qu’on appelle la mort et que j’appelle Dieu.