Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LVIII Ne laissez rien partir


Ne laissez rien partir sans adieu que la tombe
Emporte consolés, hélas ! ceux qu’elle atteint.
Accordez un soupir à la rose qui tombe !
Accordez un regard à l’astre qui s’éteint !

La femme veut qu’on l’aime. Et l’oiseau ne réclame
Qu’une oreille écoutant son chant plaintif et beau.
Que le dernier amour trouve une dernière âme !
Et que le dernier chant trouve un dernier écho !

Vous que le croyant voit, vous que les penseurs rêvent,
Seigneur, prenez pitié de l’humaine clameur.
Vers vous de toutes parts, nos bras tendus se lèvent.
Apaisez ce qui vit ; consolez ce qui meurt.

18 janvier 1843.