Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




Le Campéador, l'homme honnête et sans ennui,
Cria dans la forêt profonde devant lui,
- Ici, lion! il faut que je te parle. Approche.
Alors on vit sortir de derrière une roche
L'habitant chevelu dés monts d'Almonacid.
- Tiens, vous me tutoyez, dit le lion au Cid.
Pourquoi? -Le Cid terrible et doux, cher à l'Espagne,
Dit: -Parce que je suis ton frère: -Et la montagne,
Et la forêt, la rose, ét. l'herbe, et le buisson
Trouvèrent que le Cid superbe avait raison.