Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Il montait; l'air déjà manquait à son haleine;
Les nuages pesants lui dérobaient la plaine;
Le lichen des rochers dorait le front vermeil;
Et ses pas, imprimés aux glaces éternelles,
Epouvantaient au loin l'aigle aux puissantes ailes
Qui ne lève les yeux que pour voir le soleil!

XXXVI Les mères