Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Je voudrais être !… — et se nomme
Quelque idéal triomphant.
— Son ami ! dit un jeune homme.
— Son mari ! dit un enfant.

Qu’est-ce cloné que cette femme ?
C’est une femme. Cela,
 
Quand Dieu fit la première âme,
Naquit et l’ensorcela.
Elle choisit chez l’orfèvre
Tous les beaux joyaux tremblants ;
Et l’or semble avoir la fièvre
Entre ses petits doigts blancs.

Elle prend tout, la pirate,
L’aigue, sœur des gouttes d’eau,
Les agates de Surate
Et les émaux du Lido,

Et la parure complète
De sardoine et de béryl ;
Elle éclate à chaque emplette
D’un doux rire puéril.

La perle voit cette belle.
Pourquoi fuir, perle au doux front ?
-J’aime mieux la mer, dit-elle ;
C’est moins sombre et moins profond.

5 avril 1855.