Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


épaules ?

MILLION
Vicomte, je le sais.

CROQUEFER
Tu le sais, et c’est tout !
Et rien dans ton cerveau ne s’indigne et ne bout !
Ô vrai sage ! ô poëte ! ô le plus grand des hommes !
Gueux, et — tout bonnement rêveur !
  
MILLION
Mon cher, nous sommes
Riches. Oui, nous avons le ciel bleu, le grand air,
La forêt où l’oiseau chante, et, par Jupiter !
La fierté qu’on éprouve à marcher dans les plaines
Librement ! — Nous avons l’été, les nuits sereines,
La lune se mirant dans le fleuve argenté…

CROQUEFER
J’aimerais mieux dix sous.

MILLION
Tu n’es pas dégoûté !

IX SUSURRANT VOCES



LA CHEMINÉE
Du bois ! j’ai froid.

LA VITRE
Je gèle, et la bise est bourrue.

UN COMMANDEMENT D’HUISSIER
Songe à la provi