Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



On vient, on saccage
Mon lit de roseau,
On me met en cage
Comme un pauvre oiseau.

J’échappe, et m’en tire ;
Mais c’est ennuyeux,
Pour moi qui respire
Tout le vent des cieux !

Cela me dérange.
Des fois j’ai logé
Sous le pont-au-change ;
J’ai déménagé.

J’ai plus d’une issue.
Ma vie est ainsi
Toute décousue,
Ma culotte aussi.

Ah ! les temps sont rudes !
Souvent on a faim,
Les filles sont prudes,
La jeunesse enfin

N’a plus, que c’est bête !
Le moindre oripeau,
Ni joie en la tête,
Ni plume au chapeau.

Je suis, pour tout dire,
Un garçon railleur,
Moins mauvais qu’un pire,
Moins bon qu’un meilleur.