Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Tu me dis Finis. donc ton livre des Misères.

Ami, pour achever ce vaste manuscrit,
Il me faut avant tout ma liberté d'esprit.
Quand un monde se meut dans le cerveau d'un homme,
Il ne peut pas songer aux affaires de Rome,
A monsieur Bonaparte, à Faucher, à Molé.
Rends-moi l'espace immense et le ciel étoilé!
Rends-moi la solitude et la forêt muette!
Hélas! on ne peut être en même temps poète
Qui s'envole, et tribun coudoyant Changarnier,
Aigle dans l'idéal et vautour au charnier.

Octobre 1851.