Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l.

II

La vie à ces âmes fières
Ne plaît pas;
Car les vivants sont des pierres
Sur leurs fronts et des-poussières
Sous leurs pas.

Dieu, c'est la nuit que tu sèmes
En créant
Les hommes, ces noirs problèmes;
Nous sommes les masques blêmes
Du néant.

Nous sommes l'algue et la houle,
O semeur!
Nous flottons, le vent nous roule;
Toute notre oeuvre s'écroule
En rumeur.

Le mal tient les foules viles
Dans ses noeuds;
Multitudes puériles,
Nous faisons des bruits stériles
Ou haineux.

Nains errant sur des décombres,
Embryons,
Ébauches, fantômes, ombres,
Dans tes immensités sombres,
Nou