Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



J'ai traversé les pleurs, les haines, les veuvages,
Ce qui mord, ce qui nuit.
Noir nocher, j'ai connu tous les âpres rivages
Du deuil et de la-nuit.

J'ai lutté; j'ai subi la sinistre merveille
Des abîmes mouvants;
Et jamais on ne vit dispersion pareille
D'une âme à tous les vents:

Je suis presque prophète et je suis presque apôtre;
Je dis: C'est bien! Allons!
Mais je ne voudrais pas de ce sort pour un autre,
O fauves aquilons!

V. H. 13 août 1872.