Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Partout où vous planez surgit la délivrancé,
Vous n’êtes plus la Guerre et vous vous nommez France.
Le bruit d’ailes s’éloigne. Ils s’en vont.

On dirait
Que le ciel tout à coup devient une forêt.
Dieu ! quelle chute brusque et sombre de ténèbres !
Sous l’épaississement des silences funèbres,
Tout s’efface, et l’espace obscur se refroidit ;
L’horizon misérable et morne a l’air maudit ;
Des lueurs qui brillaient meurent l’une après l’autre ;
De ces langues de feu qui tombaient sur l’apôtre,
A peine’en flotte-t-il quelques-unes, au fond
D’une-ombre où nul ne voit ce que les peuples font ;
Toute la terré a pris l’aspect visionnaire ;
Et dans cette noirceur roule un vague tonnerre.
Le paysage horrible est pestilentiel ;
Chacun des quatré vents ; aux quatre coins du ciel,
Prononce un mot sinistre, et, comme dans un rêve,
On entend sur les monts, sur la mer, sur la ’grève,
Cette clameur : Hélas ! Puebla ! puis ce glas :
Hélas ! Mentana ! puis ces cris : Aubin ! Hélas !
Hélas ! Ricarnarie ! Hélas ! Un sombre dôme
Reluit ; c’est Rome, à moins que ce ne soit Sodome.
Des silhouettes sont à terre, et c’est épars,
Nu, terrible, et le sang fume de toutes parts ;
On’ entend un tumulte ailé qui se rapproche ;
Et dans l’ombre, ici, là, sous l’arbre, sous la roche,
Dans les villes, au fond des bois, au pied des tours,
Partout, on voit des morts…

D’où venez-vous, vautours ?

H. H., décembre.

LV Et voilà dix-sept ans