Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Que tout le contemple,
Prêtres et valets,
S’il est dans un temple
Ou dans un palais.

Il est grand, superbe,
Et sous ce voleur.
L’homme est comme l’herbe ;
C’est bien, mais malheur,

Malheur à ce temple,
A cette impudeur,
A ce crime, exemple
D’ombre et de grandeur ;

Malheur à ce groupe
De murs factieux
Que le soir découpe
Sur le clair des cieux ;

Malheur à ces fêtes,
Aux grands dômes lourds
Qui, montrant leurs faîtes
Plus hauts que les tours,

Difformes ; immondes,
Noirs avec Iendeur,
Des ténébreux mondes
Semblent la rondeur ;

Malheur aux armées
Jetant dans les champs,
La nuit, des fumées,
Et le jour, des chants ;