Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Une forge là-bas flamboie au pied des monts.
Vois, ces deux forgerons que le feu montre et voile.
Le fer rouge étincelle. On dirait deux - démons
À grands, coups de marteaux écrasant une étoile.

Que forgent-ils donc là, ces deux sombres forgeurs ?
Font-ils une charrue ou font-ils une épée ?
Leur enclume sonore incessamment frappée
Fait sur la route au loin rêver les voyageurs.

Glaive ou soc, ce qu’ils font est l’oeuvre de Dieu même.
Que ce soit l’humble fer ou l’acier belliqueux,
L’oiseau chante autour d’eux, l’eau palpite, l’ombre aime,
La nature profonde,est en paix aveç eux...

31- octobre 1840. - Route ’d’Épernay à Château-Thierry.

XI Je ne vois,


......................................