Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXI Le soir, je m’assieds, grave,



..........................................
Le soir, je m’assieds, grave, au milieu de mes brutes,
Ainsi qu’un chancelier dans la chambre des lords,
Et mon front a parfois un pli sévère. Alors,
Ma chienne, la Chougna, qui n’est pas une bête,
Approche, et sous mes mains fourre sa grosse tête,
Et sentant qu’un sermon va venir, se tient coi.
Et je lui prends l’oreille, et je lui dis : Pourquoi
Te comportes-tu mal, Chougna, devant le monde ?
Pourquoi, quand nous sortons, - il faut que je te gronde, -
Cours-tu, jappant, hurlant, à travers les buissons,
Après les jeunes chiens et les petits garçons ?
Pourquoi ne vois-tu pas un coq sans le poursuivre ?
Si bien que, moi, j’ai l’air d’avoir une chienne ivre !
Cela nous fait mal voir, les gens sont irrités ;
Je te connais beaucoup de bonnes qualités,
Mais, vraiment, quand tu sors, tu n’es pas raisonnable !