Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXII CHUTE DU RHIN


... Le Rhin tombe en hurlant
Dans le gouffre où l’écume, immense chaos blanc,
Tourne éternellement son effroyable roue ;
Dans le puits inconnu que l’eau sombre secoue,
Tout bave et gronde ; ainsi rugiraient des titans
Vautrés dans un abîme énorme, et combattants.
Cela frémit, cela hurle, cela blasphème.
On dirait Caliban colletant Polyphème.
On pressent, sous ce vaste et formidable bruit,
Toutes les profondeurs sinistres de la nuit.
Le fleuve à son tourment court avec épouvante.
L’âpre rondeur des eaux, glauque, aveugle et vivante,
Croule, et renaît toujours pour toujours se briser.
L’arc-en-ciel frissonnant brille et vient s’y poser ;
Sur la courbe difforme il met sa courbe pure,
Et l’on croit voir Diane, au fond de l’ombre obscure,
Dressant dans ce fracas son front tranquille et fier,
Du bout de son arc vierge apaiser un enfer.