Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/353

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Le corbillard étale au peuple émerveillé
Toute la gloire humaine, un manteau constellé,
Une couronne, un sceptre, une épée, un cadavre.
Et la grande cité que son veuvage navre,
Et, tout autour, les champs, les hameaux, les faubourgs
Ne sont qu’une rumeur de pas et de tambours.

Écoutez maintenant. Ô vertige ! peut-être,
Pendant qu’on dit : - C’est lui ! c’est le roi ! c’est le maître !
Celui que Dieu servait dans ce qu’il entreprit ! -
Il vient de s’éveiller, morne et sinistre .esprit,
Dans un des noirs chevaux de l’attelage sombre
Qui tirent ce grand char de triomphe vers l’ombre !
Frissonnant, il bégaie : Où suis-je ? Il se souvient ;
Il sent derrière lui, son cadavre qui vient ;
De ses portes de marbre il voit s’arrondir l’arche ;
Il connaît le valet de pied qui lui dit : marche !
Il veut crier : C’est moi ! le maître ! Il ne le peut ;
La mort le tient muet sous son terrible noeud.
Sous sa nouvelle forme effroyable, il tressaille ;
Et tout en traversant son Louvre, son Versaille,
Son Kremlin, son Windsor ou son Escurial,
Couverts de ses blasons : lys, aigle impérial,
Savoie, Espagne, Autriche, ou Lorraine, ou Bourgogne,
Son cocher le fustige au nom de sa charogne.
Misérable, il est pris dans la bête au pas lent.
Ce qu’il a d’éternel en lui, puni, tremblant,
S’attelle à ce qui va rentrer dans la nature ;
Son immortalité traîne sa pourriture ;
Terreur ! terreur ! tandis que son nom dans l’azur
Brille, et qu’on voit son chiffre à tous les coins de mur
Porté par un génie ou par une victoire ;
Tandis qu’auguste et beau,. s’ouvrant à cette gloire
Comme s’ouvre au soleil le portique du soir,
Tout Saint-Denis n’est plus qu’un sarcophage noir
Si vaste qu’on dirait qu’on a fait, sous ses porches,
Avec ses millions d’étoiles et de torches,